Lancez-vous dans l’e-commerce

Lancez-vous dans l’e-commerce

Ce n’est pas un secret, en matière d’e-commerce, la Belgique est à la traîne en comparaison de ses voisins européens. Les derniers chiffres montrent que la France, pour parler de notre voisin le plus proche géographiquement et culturellement, possède un nombre de boutiques en ligne estimé à 182.000, soit une pour 300 habitants.

Chez nous, le nombre réel, difficile à estimer oscille entre 10.000 et 20.000, il s’agit d’une fourchette assez large mais cela donnerait tout de même une boutique pour entre 550 et 1.100habitants , soit presque proportionnellement la moitié, voir le tiers.

Pourtant, ce ne sont pas les solutions qui manquent pour permettre aux commerçants de se lancer dans la vente en ligne.

 

Le Belge est frileux

La principale difficulté autour de la vente en ligne est située du côté de l’acheteur. En effet, pour la plupart des consommateurs, une vente en ligne n’est pas synonyme de confiance. Voici d’ailleurs les principales raisons pours lesquels les Belges n’achetent pas :

1.     Préférence achat physique 73%
2.     Crainte sécurité des paiements 23%
3.     Pas de moyen de paiement en ligne 15%
4.     Manque de confiance au niveau livraison / SAV 13%
5.     Estime ne pas disposer des compétences 11%

Des chiffres rassurants.

Cependant, la situation est loin d’être catastrophique.

Le budget consacré dépend des e-acheteurs: si 12% ont dépensé moins de 50 €, 20% ont par contre dépensé plus de 500 € et 40% entre 100 et 500 € sur le trimestre. Plus de 10% des e-acheteurs belges ont commandé plus de 5x en ligne au cours des 3 derniers mois.

Selon la fédération COMEOS (enquête 2016):

  • 54% des e-acheteurs dépensent au moins 100 €/mois;
  • la moyenne des dépenses serait de 2388 €/an/ménage;
  • 35% des e-consommateurs font des achats au moins une fois par mois;
  • L’e-commerce atteindrait un peu plus de 7% du chiffre d’affaires du commerce de détail;
  • 33% des consommateurs ont acheté en ligne en 2015 en substitution d’achats effectués auparavant en boutique physique;
  • mais 37% des consommateurs ont acheté en ligne des biens / services supplémentaires.

Contourner le problème.

La règle d’or, pour pallier à la frilosité du consommateur est la confiance. Votre boutique, en plus de contenir toutes les informations légales obligatoires doit offrir à vos visiteurs le sentiment que l’achat qu’ils vont effectuer est sécurisé et pris en charge comme si il se rendait réellement en magasin.

Il faut dès lors jouer avec les codes de la communication pour à la fois vendre et rassurer.

Il n’existe pas de baguette magique numérique mais faire confiance à des professionnels est une première étape primordiale.

PRISM, une philosophie à part.

Chez PRISM, nous avons une philosophie particulière ou chaque client est écouté et ou nous lui proposons des solutions simples à mettre en place pour lui permettre d’accroître ses ventes et sa visibilité en plus de la réalisation de son e-commerce et de l’accompagnement durant 12 mois.

Il existe en effet de multiples solutions pour se lancer dans la vente en ligne, avec de petites boutiques, des catalogues, des liens vers des plateformes de vente par enchère ou des solutions imposantes. Certains de nos clients gèrent plus de 4.000 références dans leur e-commerce en plus de deux « vrais » magasins. Ils ont su saisir le tremplin de l’e-commerce et booster leurs ventes, leurs chiffres d’affaires et leurs visibilité.

Alors, pourquoi pas vous ?


Source